Occultation de l’étoile UCAC4-410-143659 par Triton

Auteur Philippe Morel


Article intitulé « Triton, une occultation peu commune. » qui traite de l’occultation de l’étoile UCAC4 410-143659 par Tritons la nuit du 5 au 6 octobre 2017 et qui est paru dans le n° 88 d’Astrosurf Magazine.



Résultats obtenus à l’Observatoire Charles Fehrenbach

Courbe d’éclat de Triton tronquée par les passages nuageux en début et fin d’occultation.
© : Philippe Morel, ACF/ObsCF

A propos des résultats ci-dessus (extraits)

« …

Le graphe d’évolution de l’éclat de Triton montre ….. une descente d’éclat régulière à partir de l’image n° 945 et une remontée d’éclat complète à partir de l’image n°1258 mais avec des oscillations d’éclat jusque l’image n° 1321 datée à 23h49m17s UT.
L’image n° 945 correspond à 23h47m27s UT et la n°1258 à 23h48m59s UT, soit une durée d’occultation de 92 sec, bien plus courte que les 160 sec +/- 10 sec à l’entrée comme à la sortie prévues par le calcul sur la ligne de centralité. Une réalité cependant : la plus courte distance à la ligne de centralité étant de 608 km, des 160 sec +/- 10sec nous arrivons à 142 sec +/- 10 sec. L’instant du milieu du phénomène ayant été déterminée à 23h48m22s UT pour une demi durée de 50 à 60 sec, l’émersion devrait se trouver vers 23h49m12s UT – 23h49m22s UT donc, au-delà de ce que montre le graphique dans la zone d’occultation. Cependant, la baisse d’éclat et sa remontée sont parfaitement symétriques et ne peuvent être le fait de nuages. 
Si, de l’image n°1258 à l’image n°1321 se sont réellement montrées les oscillations atmosphériques, ces dernières se sont manifestées durant 18,7 sec. En supposant qu’au début de l’occultation elles ont eu la même durée, cela permet d’avancer un instant de début d’occultation environ 19 sec avant 23h47m27s UT soit à 23h47m09s UT. Si tel est le cas, nous arrivons à une durée d’occultation de 130 sec.
S’agissant de la durée des oscillations atmosphériques, ces dernières sont d’autant plus longues qu’on s’éloigne de la ligne de centralité.
Dans cette hypothèse, le milieu de l’occultation peut être intervenu à 23h47m14s UT. D’autre part, en retirant 46 sec à 23h48m59s UT (image n°1258) nous arrivons à 23h48m13s UT, donc, dans la plage temporelle de l’instant du milieu de l’occultation et à très peu de temps de ce qui a été déterminé plus haut. Le graphe montre donc bien la presque totalité de l’occultation sans parasitage nuageux significatif mais avec un écrétage de la courbes aux instants de contact mais avec détermination visuelle possible de l’instant du dernier contact.
… »

Tous les détails sur le site de l’Observatoire Charles Fehrenbach